maitriser la lumière

maitriser-la-lumière du flash

maitriser-la-lumière est le premier objectif de la photographie. L’exposition et le travail de la lumière sont les premiers défis du photographe.

maitriser la lumière

C’est la lumière qui au travers de l’objectif va influencer le capteur de l’appareil photo numérique. C’est le point de départ du traitement de l’image.
Il est important que toute la dynamique des fréquences soit utilisée pour rendre les hautes lumières (blancs) et les basses lumières(noirs) .
L’excès de blancs signifie que l’image est sur-exposée, au contraire l’excès de noirs signifie que l’image est sous-exposée.

C’est grâce à l’examen de l’histogramme que l’on va pouvoir vérifier la représentation de la répartition des noirs et des blancs.
Selon ce que l’on désire obtenir et des conditions de la prise de vue, on va pouvoir corriger immédiatement les réglages qui vont agir.

Réglage de l’ouverture du diaphragme

Pour doser l’intensité de la lumière pénétrant dans l’objectif, le diaphragme permet de régler le diamètre de l’ouverture qui va laisser passer la lumière. 
Cette valeur varie entre deux extrêmes, le maximum d’ouverture (ex f:2.8)  et le minimum d’ouverture (ex f:22). Ces valeurs sont définies par la construction de l’objectif.

Par abus de langage, on va lire , cet objectif est très lumineux, traduisez l’ouverture maximale est grande (f:1.4 ou f:1.8..).

Si l’objectif ne permet pas une grande ouverture, il va falloir agir sur un deuxième réglage

Réglage de la vitesse d’obturation

Le deuxième élément réglable est l’obturateur. C’est un système à rideaux qui va rester ouvert pendant un certain temps. La vitesse étant l’inverse d’un temps, les appareils photos permettent le réglage de la vitesse d’obturation. Par exemple, 1s..1/500°s..

L’influence du choix de la vitesse d’obturation est complémentaire de l’ouverture du diaphragme. Au final, c’est la quantité de lumière qui a réussi à passer qui va atteindre le capteur.
Bien sûr, on va être contraints à des compromis. Selon que l’on dispose d’un pied ou non, on ne va pas pouvoir descendre en dessous d’une certaine vitesse, par exemple à la main, pour éviter les flous de bougé on va se limiter à 1/60°s. Au contraire si on photographie au flash, on ne va pas pouvoir régler à plus de 1/250°s.

Alors parfois, il va falloir agir sur un troisième réglage

Réglage de la sensibilité du capteur

Il existe un troisième réglage en rapport avec la lumière. C’est la sensibilité du capteur, les fameux ISO. On peut faire une comparaison avec la sensibilité des pellicules photos argentiques (ASA) 400 ISO ou 100 ISO.
Selon la taille du capteur et l’électronique de traitement, certains appareils permettent des photos de qualité satisfaisante même avec des ISO élevés (1600 , 3200, 6400 ISO) et certains peuvent être régler à 50 ISO pour les fortes luminosités.

Triangle d’exposition pour maitriser-la-lumière

La combinaison de ces paramètres forme le triangle d’exposition afin de maitriser-la-lumière. Selon le sujet photographié, s’il est en mouvement ou non, s’il y a beaucoup de lumière dans la scène où se déroule la prise de vues, on privilégiera un réglage prioritaire selon le besoin.
besoin de profondeur de champ = faible ouverture de diaphragme (f16, f22)
besoin de suivre un sujet en mouvement = vitesse d’obturation élevée (1/250°s ou 1/500°s )
besoin de photographier sans flash dans la pénombre = ISO élevés

Ces notions seront complétées par d’autres réglages pouvant être mis en oeuvre pendant le Développement-photo